L’Institut des Filles de Marie Auxiliatrice, en harmonie et en synergie avec le chemin tracé par l’Église catholique, a toujours œuvré dans le monde pour l’ autonomisation des femmes, en soulignant sa centralité dans le développement économique et social d’une communauté.

Les FMA sont convaincus de ce que le pape François a dit dans sa première homélie en 2020 : « Si nous voulons tisser les intrigues de notre journée d’humanité, nous devons recommencer avec la femme. De elle, femme, le salut est né (comme Dieu a choisi de s’incarner dans le ventre d’une femme) et donc il n’y a pas de salut sans la femme ".

À la lumière de cela, les FMA ont pris des mesures pour réaliser l’égalité des sexes à travers des activités de toutes sortes promues par des associations créées par l’Institut FMA lui-même.

Un exemple significatif est le projet promu par VIDES International en Inde, "’Autonomisation des femmes avec des connaissances et des compétences pour mettre fin à la violence sexiste au Tamil Nadu ", qui a pour objectif la prévention de la violence sexiste en promouvant l’ autonomisation des femme grâce à la réalisation de cours professionnels et grâce à des campagnes de sensibilisation auprès des hommes et des élèves des écoles.

Parallèlement à ces projets de développement, la Fondation FVGS Onlus œuvre depuis des années, à travers le Support à Distance, en faveur des filles en Afrique, en Asie, en Amérique latine et en Europe pour leur garantir le droit aux études, à l’alimentation, aux soins de santé. et en jeu.

Parallèlement, l’IIMA (Institut International de Marie Auxiliatrice) et le VIDES International, le 25 septembre 2019, lors du Conseil des droits de l’homme à Genève, ont organisé un Side Event sur le thème " Bonnes pratiques de protection et de participation des jeunes par l’éducation pour Droits de l’Homme »soulignant leur engagement à prévenir et à combattre l’abandon scolaire précoce, les abus, le travail des enfants et les mariages précoces.

De plus, les FMA, avec VIDES International et les jeunes de VIDES Canada, participent à la Commission des Nations Unies sur la condition de la femme qui a lieu chaque année à New York, animée par la conviction que, comme l’a dit le pape François " si nous voulons un monde meilleur, que à la fois maison de paix et non cour de guerre, nous devons garantir la dignité de chaque femme ».

2020 sera une année clé pour promouvoir l’égalité des sexes dans le monde entier car la communauté internationale analysera les progrès réalisés pour les droits des femmes 25 ans après la Déclaration de Beijing , reconnue comme le plan d’action le plus pertinent pour l’ autonomisation des femmes et des filles. En outre, cette année marque les 20 ans de la résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur les femmes, la paix et la sécurité et le 10e anniversaire de la création d’ONU Femmes.

Tous ces anniversaires seront sûrement un moment important de réflexion sur les progrès accomplis sur la voie difficile de l’affirmation des droits des femmes qui s’avère très lente dans tous les domaines. D’énormes obstacles subsistent dans les lois des pays et dans la culture. Les femmes et les filles continuent d’avoir moins de possibilités, de travailler plus et de gagner moins, d’assumer le fardeau du travail domestique et des soins non rémunérés et d’être victimes de diverses formes de violence à la maison et dans les espaces publics.

Juste pour endiguer cet écart entre les sexes, parmi les 17 objectifs de développement durable (ODD) du Programme des Nations Unies à l’ horizon 2030 , le 5e est consacré à l’égalité des sexes et à l’ autonomisation des femmes et des filles.

« Je suis l’égalité des générations : réaliser les droits des femmes » est le thème que les Nations Unies ont choisi pour la Journée internationale de la femme de 2020, un thème en accord avec le travail constant des FMA pour l’égalité des sexes.

En ce 8 mars, donc, les Filles de Marie Auxiliatrice et toutes les associations qui leur sont associées réaffirment leur engagement à autonomiser les femmes en harmonie avec ce que le Pape François a dit : " La femme est donatrice et médiatrice de la paix et va pleinement associés aux processus décisionnels. Parce que lorsque les femmes peuvent transmettre leurs dons, le monde se retrouve plus uni et plus paisible. Par conséquent, un accomplissement pour les femmes est un accomplissement pour toute l’humanité. "

Francesca.